Deux stages de polyphonie en Sardaigne pour découvrir la semaine sainte

stage semaine sainte - chanter en quartet

 

Cette année dans le cadre des Chantiers d’ethno-musiques nous avons proposé deux stages en Sardaigne pour découvrir la Semaine Sainte.
Notre séjour commence la semaine précédente à celle de pâques, au moment où les communautés se préparent à l’évènement le plus intense du calendrier. Récolte des rameaux et confection des tresses de palmes, répétitions des chœurs polyphoniques, rencontres de chants sacrés, etc., les villageois s’activent dans un climat de paix et recueillement.
Notre périple commence à Cagliari avec un groupe de passionnés de polyphonies et chants du monde venu principalement du Vaucluse, de Marseille et de Paris, rassemblé par Damien Legrand qui anime le groupe vocal de Saint Martin de Castillon.
Le stage démarre par un petit master-class animé par Luca Nulchis, directeur artistique du groupe Andhira. Trois jours au cœur du centre historique où le groupe s’initie aux chants de la semaine sainte : le Miserere Fugghi Fugghiendi de Castelsardo, le Misere de Santu Lussurgiu, ainsi que le Liberame Domine d’Orosei, autre chant sacré.
Après ces trois jours fructueux nous nous dirigeons vers Bortigali pour une rencontre avec les chanteurs du Chœur Sas Enas. Un beau moment où nous découvrons Su Chidasantinu, les chants de Sa Chida Santa, la semaine sainte ; le Miserere et le Stabat Mater en latin, ainsi que l‘Ottava trista, en langue sarde composent ce répertoire. Nous sommes reçut à l’église de San Palmerio du 10-11°s., siège de la Confraternité des Âmes pour cette rencontre riche et chaleureuse, suivie d’une invitation à déguster avec eux le sanglier préparé par l’un des confrères. L’hospitalité des gens de Bortigali est sans bornes et toujours renouvelée !
Le vendredi précédant les rameaux nous nous installons à Bosa pour le reste de notre séjour. Nous assistons tout d’abord à la dernière répétition du Coro de Bosa avant la semaine sainte. Un moment intense et émouvant où certains des participants découvrent pour la première fois la ville pittoresque, la force et la beauté des chants, exécutés dans une atmosphère de cohésion sociale et de respect de chacun. Après la répétition les chanteurs nous entrainent dans leur local pour partager la Malvasia (vin AOC) et les chants profanes. Un joyeux charivari auquel chacun se prête plus que volontiers.
Le samedi et dimanche le stage continue avec le Maestro du Coro de Bosa, Gigi Oliva. Après une mise en voix avec Nannenu Meu, l’un des chants les plus populaires en Sardaigne, le travail commence avec un Gosos de Sa Madonna adolorata, puis une Estudiantina de Bosa, et enfin le Miserere d’Orosei. Un mélange de chants sacrés et chants profanes, qui permettra aux participants de se mêler aux chanteurs de Coro de Bosa lors d’une prochaine rencontre. Un par un les participants sont invités à prendre place dans le cercle des chanteurs se substituant à l’une des quatre voix. Un exercice inattendu qui ravi les stagiaires et en émeu plus d’un. Une vraie plongée au cœur de la tradition vivante !
Le samedi soir nous nous rendons au village de Bonarcado, dans la région d’Oristano, pour des rencontres polyphoniques. Plusieurs groupes sont invités : Su cunsertu Bonarcadesu, Su Cuncordu de su Rosariu de Sennariolo, Su Tenores Ammentos de Sindia et Sos Cantores d’Irgoli.
Puis la Semaine Sainte arrive de plein fouet avec la cérémonie des Lunisanti de Castelsardo. Le lundi matin, les plus courageux quittent Bosa pour Castelsardo. Dès 7 heures du matin ils se mêlent à un très petit groupe de pèlerins qui suivent la procession chantée par les membres des confréries, dans les rues du village à peine éclairées par le jour naissant. Un moment d’intense émotion et de recueillement où les chants résonnent aux cœurs de chacun comme un cadeau unique et exclusif.
Dans cette même journée les participants du deuxième stage arrivent. Nous nous rendons le soir même au village de Benettutti, dans le centre de l’île, où se déroulera une procession aux flambeaux à laquelle participera plusieurs chœurs traditionnels : Sos cantores de Santu Demoto de Benetutti, Su Cuncordu de su Remediu de Orosei, le Coro de Bosa et Su Cuncordu Santu Nigola di Nughedu San Nicolò. Un rite particulièrement suggestif où les habitants plongés dans l’obscurité défilent dans les rues sombres du village illuminées par leurs flambeaux et accompagnés des voix sacrées.
Le lendemain le stage commence. Les participants ont tous une bonne expérience du chant polyphonique, certains dirigent des chorales, d’autres sont professionnels comme Raphael Terreau, chanteur, chef de chœur, enseignant de technique vocale.
Lors de cette quatrième session du stage de chant polyphonique et semaine sainte nous travaillons particulièrement sur le Miserere, avec une étude comparative des Miserere de différents villages, comme celui de Bortigiadas, de Santu Lussurgiu, d’Orosei et de Cuglieri. Un beau programme d’étude enrichi au cours de la semaine par le Gosos de sa Madonna Addolorada, autre chant de la semaine sainte, la Lode de Aggius, chant d’amour de la Gallura, Procurade e moderare, chant politique politique de 1794 déclaré hymne nationale sarde en 2018 et l’Estudiantina de Bosa. Un répertoire que les participants ont eu l’occasion d’entendre in situ, dans leurs contextes originaux, celui des processions et des tavernes, tout au long du stage. Les rites paraliturgiques de la Semaine Sainte en Sardaigne, point de départ de notre projet, peuvent être admirés et vécus dans de nombreuses localités. Les stagiaires ont eu l’occasion d’entendre résonner les chants lors de la processions de sos Misterios à Bosa, sas Chilcas à Cuglieri, S’incravamentu à Bosa et Cuglieri, S’iscravamentu à Bortigali e s’Incontru à Bosa
Le stage se termine le jour de pâques dans une rencontre très sonore avec le Coro de Bosa où les échanges de pratiques musicales et chantées seront au RDV.

Merci à tous de votre présence !

Et à propos de polyphonie sarde, découvrez la très méconnue Cantada campidanese a basciu e contra | Vidéo

Galerie

 

  3 COMMENTS
Stage

3 Comments

  • eleonora cosmelli
    09/05/2019 at 23:08

    ciao!!!
    guardando le foto vedo tanti bei sorrisi e facce contente!!!

    sorridere e cantare son cose che fanno bene!!!
    alla prossima!!!
    Nora.

    Répondre
  • Dupuis Anne
    14/05/2019 at 23:19

    j’ai fait le stage de la première semaine et j’ai adoré aussi bien l’enseignement de Luca que celui de Gigi. Le fait de travailler ces chants et de les entendre chanter dans leur contexte change toute la compréhension qu’on en a. Béatrice organise tout très bien, avec chaleur et humour. Pour moi, c’est un moment inoubliable et fécond. Et merci encore aux chanteurs sardes amis de Béatrice pour leur accueil.

    Répondre
  • Claire Deherripon
    21/05/2019 at 11:45

    J’ai adorè le stage, Gigi, les processions, Bea, les villages, les sardes, je dècouvrais tout et quel bonheur de se laisser penetrer corps et âme (si,si) par ces chants anciens de la semaine sainte! Et vive notre groupe de stagiaires vraiment sympas, nous avons pu aussi dècouvrir un peu de la Sardaigne, se baigner dans la mer (ça caille un peu qd même à cette pèriode)
    Claire flûte

    Répondre
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    suivez nous