andhira 800x400

andhira

polyphonies contemporaines

Du cœur de la Sardaigne aux confins de la méditerranée

Du cœur de la Sardaigne aux confins de la Méditerranée le groupe Andhira glane des trésors de prières, incantations, berceuses, sérénades, danses que les peuples adressent aux dieux et aux hommes, pour les restituer sur les scènes de l’Europe à d’autres hommes, les entraînant ainsi sur des chemins secrets des cultures ancestrales.
Dans la langue sarde le mot Andhira exprime un concept errant de la vie, une sorte de nomadisme culturel. L’origine de ce mot est très ancienne et vient du sanskrit, langue au sein de laquelle andhira indique une voie de passage, une porte. Dans la littérature arabe anghira est le nom d’une constellation qui permet aux marins de s’orienter, mais désigne aussi une cité légendaire situé sur les côtes orientales sardes, détruites par les pirates, contraignant les survivants à une vie errante. De nombreux chants traditionnels sardes évoque Andhira, la cité perdue. Peu à peu devenue un phonème, ce nom conserve un fort et poignant pouvoir évocateur…
Andhira exprime un esprit sonore caractérisé par une âme musicale errante, autour de laquelle se constitue un répertoire versatile qui chemine à travers les traditions classiques vers les traditions populaires, des musiques méditerranéennes à la musique sarde.
Le groupe est créé en 2001 sous la direction artistique de Luca Nulchis, membre d’une grande famille de musiciens et compositeurs sardes. A partir de sa création le groupe participe à de nombreux festivals en Italie ainsi qu’à des émissions sur les radios italiennes nationales de Radio Rai2 et Radio Rai3.
En 2011 ANDHIRA gagne le prix “Etno-music” au prestigieux festival de Lunezia (Italie).
“Nakitirando”, leur dernière production discographique (Ala Bianca Record), se compose d’un ensemble hétéroclite de compositions originales fruits de multiples relations avec des formes artistiques et de recherches diverses et de collaborations avec de nombreux artistes originaire de milieux culturels différents. Au sein de cette hétérogénéité on retrouve un fil conducteur qui évidence les affinités entre les morceaux, par thème discursif ou assonance sonore. Sont racontés des lieux secrets et mystérieux, l’iniquité entre les hommes, la sacralité de la nature, la valeur de la mémoire, le désir de paie, le devoir d’aller de l’avant quoi qu’il arrive… Parmi les collaborateurs les plus précieux on peut citer le musicien sarde Alberto Cabiddu, le compositeur italien Mauro Pagani, le griot guinéen Madya Diebate ainsi que la poétesse brésilienne Marcia Theophilo, candidate au prix Nobel de littérature et témoins de l’Unesco pour la biodiversité.

 

Discographie

2010 : nakitirando (Ala Bianca Record)
2004 : sotto il vento e le vele – incontro con Fabrizio De André (Ala Bianca Record)

 

Line up

elena nulchis : voix, harmonium, percussions
egidiana carta : voix, flûte traversière
michela saba :voix, percussions
luca nulchis: voix, harmonium, composition

 

Musique

 

Vidéos

 

Photos

 

  aller à la gallerie

suivez nous